L’incubateur « Made In France » présente sa première promotion

Les entrepreneurs de la première promotion de l'incubateur Made in France d'ICI Montreuil et de Créatis

Les entrepreneurs de la première promotion de l’incubateur Made in France d’ICI Montreuil et de Créatis

L’incubateur « Made In France » présente sa première promotion

Maison Ruban, MyFablab, WeCoEdit et MueStore : la première promotion test de l’incubateur « Made In France » a fait sa rentrée des classes chez ICI Montreuil.

Cette manufacture collaborative et solidaire pour les artistes, designers et startups de la création est à l’initiative, avec Créatis, du premier programme d’accélération entièrement dédié aux entrepreneurs s’inscrivant dans une logique de production et de création d’emploi en France.

Zoom sur une nouvelle génération d’hommes et de femmes pour qui faire du business doit aussi être porteur de sens.

********************

Maison Ruban

Le concept

Maison Ruban est une jeune marque de sandales personnalisables haut de gamme, créée exclusivement pour la femme. Cette jolie Maison a su remettre au goût du jour le ruban de soie aux pieds en créant un modèle de sandales intemporelles et en offrant la possibilité de changer de couleur de rubans et de style au gré de ses envies.

L’origine de l’idée de Maison Ruban

Maison Ruban c’est avant tout l’histoire d’une belle amitié. Celle entre Aurélien Gaye et Emmanuel Paolacci qui, après s’être rencontré sur les bancs du lycée, se retrouvent, par hasard, sur ceux d’une école d’ingénieurs à Belfort. C’est là qu’ils se découvrent une passion commune aux antipodes du cursus proposé : la création. Pour leur stage de 3ème année d’études, Aurélien choisit l’Afrique du Sud et Emmanuel les Philippines. Aux Philippines, le jeune homme y vit une expérience qui marquera la naissance de Maison Ruban : sur un marché il voit sa colocataire hésiter entre plusieurs paires de sandales, indécise sur la couleur. Par manque de moyens, elle ne pourra en acheter qu’une seule paire mais restera finalement insatisfaite. Cette « frustration à l’achat » que les jeunes hommes traduiront bientôt en « gourmandise » sera le point de départ de Maison Ruban : offrir plusieurs choix à l’achat d’une seule paire de chaussures pour femme. Un concept qui répond également à la tendance de la customisation et de la personnalisation quotidienne, permettant à la femme de  changer au jour le jour de rubans et de nœuds.

Pourquoi Maison Ruban a rejoint ICI Montreuil et Créatis

Après avoir testé le concept pendant deux saisons en France et y avoir développé un premier réseau de distribution physique (6 points de vente) et digitale, Maison Ruban arrive aujourd’hui à une seconde étape de son développement : diversifier l’offre (accessoires, vêtements d’hiver, etc.), toujours en partant du ruban comme porte d’entrée et développer les collaborations. Emmanuel et Aurélien ont besoin d’être accompagnés et ont souhaité s’inscrire dans une logique de partage de compétences, essentielle pour mener à bien leurs projets. L’incubateur « Made In France » leur est apparu comme une évidence, notamment pour la partie développement produit, matériel et merchandising.

Les projets de Maison Ruban

L’objectif des deux jeunes hommes de 24 ans serait de pouvoir internationaliser la marque en 2019 et de pénétrer les concepts stores mondiaux, tout en continuant de diversifier Maison Ruban. Pour cela, ils cherchent actuellement à lever des fonds. Ce qui leur permettrait également d’élargir l’équipe et de s’accompagner de compétences clés, car aujourd’hui ils font tout à deux, de la conception à la vente.

Maison Ruban et le Made In France

A contre-courant d’autres entrepreneurs qui auraient choisi de faire produire en masse en Chine (la sandale est un produit peu protégeable), Aurélien et Emmanuel ont misé sur ce qui les attire : le très haut de gamme, une image de marque forte, une conceptualisation de l’expérience d’achat et une stratégie marketing qui emprunte beaucoup à l’univers du parfum (chaque ruban a un nom et est vendu dans une boite). Le choix du Fabriqué en France s’est donc rapidement imposé : les rubans de soie sont confectionnés aux côtés d’étoffes des plus grandes marques de luxe en région Rhône-Alpes Auvergne, berceau de la soie Française, et les semelles sont en cuir premium 100% Made in Romans. Un choix également vu comme une solution de proximité et de contrôle de l’ensemble du process de fabrication et en phase avec leur image de marque.

Aurélien Gaye et Emmanuel Paolacci de Maison Ruban

Aurélien Gaye et Emmanuel Paolacci de Maison Ruban

********************

MyFabLab

Le concept

MyFabLab est un atelier de fabrication numérique 100% en ligne, qui propose aux entreprises de bénéficier de tous les services d’un fablab sans bouger de leur bureau. Il leur suffit simplement de réserver leurs matériaux et la prestation souhaitée et MyFabLab s’occupe de tout : vérification des fichiers, estimation du temps de production, choix de la machine à commande numérique la plus adaptée et donc du fablab le plus pertinent pour répondre à la demande, devis, fabrication, etc… Une prestation clé en main source de gain de temps à la fois pour toutes les jeunes entreprises qui ont besoin de faire fabriquer des prototypes ou des petites séries (agences de communication, de production audiovisuelle, sets designers pour l’événementiel, architectes, etc.) et les fablabs.

L’origine de l’idée de MyFabLab

Il y a 5 ans, cette passionnée de design, d’art et de déco découvre le milieu des makerspaces. C’est d’ailleurs dans l’un de ceux-ci qu’elle se familiarise avec la découpe laser. Professionnellement, elle occupe alors un poste à responsabilités dans une entreprise technologique du Nasdaq. Et puis un jour c’est le déclic. Ce besoin de retrouver du sens. Après 20 ans de bons et loyaux services, Constance crée MyFabLab à la croisée de ses deux passions : professionnelle pour la technologie et personnelle pour la beauté des objets. Elle visite moult fablabs, discute avec les fabmanagers et se rend vite compte que c’est la découpe laser qui génère le plus de demandes. Les entreprises sont en effet nombreuses à vouloir fabriquer en petites séries mais totalement étrangères à l’univers des fablabs : elles n’ont ni le temps de s’y déplacer ni la compétence pour préparer des fichiers. D’un autre côté, elle s’aperçoit bien que la relation client et la communication des fablabs n’est pas très élaborée (en termes de réservations de créneaux, de prises des commandes, etc.). Avec ses connaissances technos (interfaces web, sites marchands, développements d’outils numériques), Constance sent qu’il y a quelque chose à faire.

Pourquoi MyFabLab a rejoint ICI Montreuil et Créatis

Constance découvre ICI Montreuil au cours d’une formation sur les techniques de fabrication numérique. Elle est séduite par l’accompagnement proposé par l’incubateur et notamment par le suivi et soutien : un réel atout lorsque l’on se retrouve désormais seule avec ses problématiques de jeune entrepreneure ! L’immersion au cœur d’une communauté d’entrepreneurs qui peuvent devenir à leur tour des clients a également été déterminante.

Les projets de MyFabLab

MyFabLab est en train de faire évoluer son site web vers une réelle place de marché : accroissement du nombre de fablabs partenaires et élargissement du type de prestations proposées (à date, seule la découpe laser est proposée). Avec, pour chaque machine choisie, une adaptation spécifique de l’algorithme pour que soient dispatchées en temps réel les commandes des clients et que ceux-ci puissent faire fabriquer un objet en toute connaissance de cause (prix, délais, machine, etc.)

MyFabLab et le Made in France

Constance est très sensible au Made in France, un aspect du mouvement « Maker » qui lui a tout de suite plu. De plus, le fait de faire des petites séries permet de relocaliser la production car les machines numériques sont rentables dès la première série. MyFabLab propose ainsi de décentraliser les lieux de production et de faire produire au plus proche du client.

Constance Lavergne de MyFabLab

Constance Lavergne de MyFabLab

********************

WeCoEdit

Le concept

WeCoEdit est une maison de coéditeurs de mobilier et d’objets design. Elle permet aux particuliers, via sa plateforme internet, de devenir « WeCoEditeurs » en participant au financement de la production en série de créations de jeunes designers. En contrepartie, les WeCoEditeurs qui se sont engagés perçoivent un intéressement à chaque exemplaire commercialisé.

L’origine de l’idée de WeCoEdit

2.000 designers sont formés chaque année en France, 20.000 en Europe, et au moins autant de projets dont ils sont les créateurs s’amassent dans les cartons. C’est le constat que fait Edouard Raffour lorsqu’il réfléchit à une solution qui permettrait de valoriser cet immense gisement créatif tout et d’accompagner les designers dans la concrétisation de leurs projets. Cette solution, ce sera WeCoEdit, une alternative à l’édition traditionnelle et à l’autoédition. WeCoEdit est conçu comme un écosystème créateur de valeur pour tous. Il valorise le travail de jeunes designers, met en avant le savoir-faire de fabricants/artisans/makers qui produisent ces créations et donne aux particuliers un rôle actif dans le développement et la diffusion du design.

Pourquoi WeCoEdit a rejoint ICI Montreuil et Créatis

L’incubateur « Made In France » proposé par ICI Montreuil et Créatis permet à WeCoEdit d’être accompagné tant dans son développement corporate que dans son travail quotidien avec les designers. L’accès au réseau des makers d’ICI Montreuil permet de réaliser sur place certains prototypes des créations voire d’internaliser une partie de la production. Plus largement, au sein de l’incubateur « Made In France », WeCoEdit intègre un large réseau de professionnels et de savoir-faire.

Les projets de WeCoEdit

Mardi 12 décembre, WeCoEdit lance sa plateforme www.WeCoEdit.com sur laquelle les WeCoEditeurs pourront financer la fabrication des créations des designers. En parallèle, WeCoEdit continue son développement et prépare une première levée de fonds destinée à accélérer son déploiement et à permettre la mise en ligne d’une création par semaine.

WeCoEdit et le Made in France

Les fabricants/artisans/makers sont aussi indispensables que les designers qui imaginent les projets et que les WeCoEditeurs qui les financent. C’est grâce à eux que les idées des créateurs prennent corps. WeCoEdit s’entoure d’artisans et de fabricants qui apportent une vraie plus-value aux créations des designers en trouvant les meilleurs matériaux ou les meilleures techniques pour les fabriquer. Le « Made In France » est un moyen de s’assurer que le travail des artisans et des PME avec lesquels il collabore respecte des critères de fabrication essentiels à ses yeux pour faire rimer « Made in France » avec « Made in qualité ».

Edouard Raffour de WeCoEdit

Edouard Raffour de WeCoEdit

********************

Mue Store

Le concept

Permettre aux femmes d’accéder à des créations uniques, entièrement conçues pour elles, grâce à une solution alliant technologie et personnalisation, tel est le concept proposé par Mue Store. Un algorithme détermine les mensurations et la morphologie de chaque cliente à partir de deux photos prises à l’aide de l’application Mue Mesures, gratuite et ultra-intuitive. Il ne leur reste alors plus qu’à faire leur choix parmi les collections proposées sur le site, et laisser libre cours à leurs envies en jouant avec les différents effets de style : profondeur du décolleté, effet fourreau ou encore longueur de la robe. La marque se distingue en proposant des collections à des prix justes et accessibles, afin que le « bien aller » ne soit plus un luxe. Une manière également de revenir aux sources avec la création de vêtements « à façon », ou plutôt « en fonction », des envies, du style et du corps de chacune ! Chaque femme a ainsi accès au plaisir de se sentir bien habillée, respectée et mise en valeur. Un vrai gain de confiance en soi, surtout dans le contexte professionnel.

L’origine de l’idée de Mue Store

C’est en s’apercevant des difficultés rencontrées par les femmes pour trouver des tenues adaptées à leurs envies tout en se pliant aux standards des tailles, et en notant également une tendance vers la démocratisation de la personnalisation, que Prunelle Brault et Alexandre Dehlavi ont eu l’idée de Mue Store. Déception lors des essayages de vêtements, nécessité de passer par la retouche après avoir acheté un vêtement, etc. La disparité des morphologies des femmes est très importante et, pourtant, l’offre du prêt-à-porter ne tient qu’en quatre ou cinq tailles. Quelle injustice, et quel préjudice, quand on connaît la pression sociale qui pèse sur les femmes au niveau de leur apparence. D’un autre côté, il s’agissait de lever les freins du sur-mesure : un process long, coûteux et peu ancré dans les habitudes de consommation. Ainsi, tout en faisant du sur-mesure, Mue Store veut proposer une expérience client qui se rapproche le plus possible d’une expérience d’achet en prêt-à-porter avec une commande en quelques clics sur un site marchand.

Pourquoi Mue Store a rejoint ICI Montreuil et Créatis

Parce que l’écosystème « start-up » actuel a très peu d’appétence pour les entreprises non purement technologiques, et encore moins pour celles qui souhaitent produire un bien. Le vêtement en particulier n’a vraiment pas bonne presse. Parce que faire fabriquer n’est pas à la mode et qu’aucun autre incubateur ne veut parler production. Parce qu’ICI Montreuil et Créatis comprennent les enjeux d’une marque qui a envie de se développer, que leur incubateur « Made in France » permet un accompagnement concret vis-à-vis de besoins spécifiques (enjeux de production, de réflexion autour de la fabrication sur-mesure) et qu’il valorise le produit fabriqué en France. Savoir comment en parler, comment communiquer dessus, il était important pour le duo de se raccrocher à un écosystème pour lequel les valeurs fondamentales sont aussi les leurs : un beau produit, le savoir-faire, le Made in France.

Les projets de Mue Store

Si Mue Store poursuit aujourd’hui des objectifs de notoriété en se faisant connaître du plus grand nombre, la marque souhaite aussi faire savoir que le sur-mesure peut être accessible aussi bien financièrement qu’en termes de parcours d’achat. Pour ce faire la jeune équipe prévoit des collaborations avec d’autres marques qui partagent leurs valeurs et qui souhaiteraient avoir une offre en sur-mesure pour une petite partie ou pour toute leur activité. L’idée serait pour Mue Store de garder sa ligne signature de vêtements classique chic et de s’associer le temps d’une collection capsule avec d’autres marques ayant une identité différente en termes de style. L’objectif annoncé : devenir le Label du sur-mesure !

Mue Store et le Made in France

Gage de qualité, de savoir-faire mais surtout d’éthique, le Made in France est une valeur fondamentale au cœur du concept Mue Store. En termes de conscience de consommation, la mode est honteusement à la traîne : polluante, esclavagisante, jetable… il est temps d’assumer sa garde robe, et le Made in France en est le flambeau.

Prunelle Brault de Mue Store

Prunelle Brault de Mue Store

********************

 

Promouvoir le « Fabriqué en France »

Pour rappel, l’incubateur « Made In France » est le seul programme permettant de soutenir le Fabriqué en France. Il a pour ambition d’accompagner une génération d’entrepreneurs-makers qui souhaitent lancer et développer leur activité économique en France au plus proche des savoir-faire des métiers d’art : accompagnement business, accompagnement design / fabrication et accès à une communauté de makers et de mentors venant du monde de la mode, de la fashiontech ou du design.

 

Il est ainsi construit autour de 7 piliers fondamentaux :

-De l’idée au business (étude de marché, business model, etc.) ;

-Du concept au prototype fonctionnel et esthétique (design, modélisation 3D, fabrication, formations aux machines, etc.)

-Construire une marque (branding, communication, marketing, stratégie digitale, etc.)

-La posture de l’entrepreneur (vie de l’entrepreneur et organisation, gestion d’équipe, management, etc.)

-Les financements (levée de fonds, les subventions, etc.)

-L’international (comment identifier les marchés potentiels, timing, budget, go to market, juridique, banque, etc.)
-Un module spécifique sur la distribution et la logistique

 

********************

 

Sur ICI MONTREUIL : ICI MONTREUIL une manufacture solidaire et collaborative de 1800 m2 créée en 2012 par Christine et Nicolas Bard pour les artistes, les artisans, les entrepreneurs et les startups de la création. 170 résidents et startups (1/3 artisans d’art, 1/3 artistes-plasticiens, 1/3 numériques-services) totalisent 63 savoir faire artisanaux, artistiques et technologiques et disposent d’ateliers collectifs de travail, d’espaces de coworking, de machines mutualisées pour prototyper et construire, de services, des connexions et de l’inspiration pour faire grandir et exister leurs projets. Depuis 2012, ICI MONTREUIL a accompagné 550 entrepreneurs et startups et accueilli plus de 40 000 visiteurs.  Les fondateurs Christine et Nicolas Bard ont été élu Entrepreneurs du Made In France Social en 2016. www.icimontreuil.com

Contact presse : Clara Moreno – clara (at) morenoconseil (point) com

Sur CREATIS : CREATIS est une plateforme d’innovation consacrée à l’entrepreneuriat et à l’innovation dans les champs de la culture et des industries créatives. Depuis 2012, 130 entrepreneurs ont été accueillis et accompagnés par CREATIS. Le dispositif vise à accompagner et accélérer le développement des entreprises du secteur culturel en amorçage, qui associent excellence et création de sens, en leur proposant non seulement une solution d’hébergement souple et évolutive, mais aussi l’insertion dans un écosystème vertueux, un accompagnement d’experts personnalisé et un accès facilité à des financements.

Contact presse : Emilie Friedli – emilie (point) friedli (at) residencecreatis (point) fr